Scooter 3 roues

Sommaire

Malgré un tarif proportionnel à sa masse et son encombrement, le scooter à trois roues séduit et rassure de plus en plus d'adeptes, en particulier les néophytes.

Pour rouler essentiellement en ville et par tous les temps, ou presque, vous avez le choix entre :

  • une mobylette (50 cm³ toujours aussi pratique et peu volée) ;
  • un scooter classique (de 50 à 850 cm³) ;
  • un scooter à trois roues (nouveauté technique).

Aujourd'hui, et depuis une dizaine d'années déjà, il existe donc les fameux scooters à trois roues, dont deux roues à l'avant.

Particularités du scooter à 3 roues

C'est depuis 2006 que ce nouveau modèle connaît un grand succès, en particulier en France. Plus cher, moins agile et (bien) plus lourd qu'un scooter classique, le scooter à trois roues possède des avantages prouvés en matière de tenue de route, de freinage et de stabilité, même sur revêtements humides ou dégradés : un vrai plus côté sécurité active !

Comme les autres scooters, il séduit principalement les citadins qui ont un budget conséquent (si achat neuf) ; souhaitent se déplacer assez rapidement ; sont très soucieux de leur sécurité ; possèdent, ou pas, le permis moto A.

Le scooter à 3 roues est un modèle imposant et assez lourd, mais capable de transporter une personne dans de bonnes conditions. Pour voyager sereinement à deux, il faudra un permis moto et opter pour un moteur de plus de 125 cm³ pour motoriser correctement ce lourd équipage d'environ 350 kg. En effet, un tel poids sur un simple monocylindre 125 cm³ 4 temps sera fatalement très poussif au démarrage et plafonnera sur plat vers 100 km/h !

Stabilité assurée même à l'arrêt

Le scooter à trois roues est plébiscité par de nombreux citadins et autres néophytes en raison de la très agréable sensation de sécurité qu'il procure immédiatement.

En effet, grâce à son train avant à deux roues, il offre par rapport au scooter classique :

  • une grande stabilité dans les virages et jusqu'à l'arrêt ;
  • un stationnement sans béquillage (roll block) ;
  • un freinage plus efficace de 20 % au moins ;
  • une meilleure tenue de route, surtout dans des conditions difficiles (pluie, froid, pavés ou routes dégradées) ;
  • un bon confort général (selle, rangements et protection) ;
  • la transition entre la voiture et le deux-roues la plus rapide et la plus facile.

Scooter à 3 roues : permis obligatoire ?

L'avantage du scooter à trois roues reste sa conduite et son utilisation très peu contraignantes. En effet, en dessous d'une puissance de 20 kW, d'un freinage au pied et d'une certaine valeur d'entraxe de roues avant, le scooter à trois roues ne nécessite pas toujours le passage du permis moto.

Le récapitulatif ci-dessous indique les permis nécessaires à la conduite du scooter à 3 roues selon sa motorisation.

Les différents permis du scooter à trois roues
Motorisation Permis
125 cm³
  • Permis A1 dès 16 ans
  • Permis A dès 18 ans
  • Permis B de plus de 2 ans et stage 7 h ou 5 ans de pratique d'une 125 (depuis le 1er janvier 2011)
Plus de 15 ch ou 125 cm³
  • Permis moto A
  • Si moins de 20 ans, permis A et 34 ch maxi durant 2 ans

Tricycle, trike ou catégorie L5e

(entraxe roues avant > 46,5 cm)

  • Permis B dès 18 ans, si obtenu avant le 31 décembre 2010 ;
  • Permis B de plus de 2 ans ou 21 ans et stage 7 h ou 5 ans de pratique d'une 125 ou d'un L5e.

 

Voir le projet Ooreka

Les différents types de scooters à 3 roues

De façon générale, un scooter à trois roues propose le même type de motorisation qu'un deux roues ainsi qu'un équipement similaire, voire supérieur côté coffres. Toutefois, sa masse logiquement supérieure (+ 30%) le pénalise fortement au démarrage, en côte, en surconsommation de carburant et en duo. Pour la même raison, il n'existe pas de scooter 3 roues en 50 cm³, même en 2 temps.

Un choix de motorisation lié à la vitesse

Le choix de la motorisation dépend de la vitesse à atteindre. En effet, que vous souhaitiez vous cantonner à la circulation urbaine ou vous rendre sur un périphérique, voire sur l'autoroute, il vous faudra opter pour un modèle à la puissance adaptée à vos besoins.

  • le scooter à 3 roues de 125 cm³ : pour vos déplacements urbains et périurbains en solo (90 km/h) ;
  • le maxi scooter à trois roues de plus de 125 cm³ : pour des déplacements rapides, en duo et sur autoroutes (130 km/h) ;
  • le scooter à 3 roues électrique ou hybride : circuits intra-urbains en électrique pur (en attendant une autonomie suffisante en 2020) et péri-urbain en hybrides.

Deux gabarits possibles

À l'instar de son petit frère à 2 roues, un scooter à 3 roues présente deux différents formats :

  • les petits gabarits : plus agiles dans les embouteillages entre les voitures, pas trop lourds, motorisations de cylindrés variables entre 125 et 250 cm³ et transmission automatique ;
  • les grands gabarits : réservés aux pilotes ayant un permis moto A (350 cm³ et +), lourds, encombrants, freinage et tenue de route excellents, composants et accessoires de bonne qualité, sécurité active accrue et tarifs élevés.

Équipement et options du scooter 3 roues

Plus qu'un scooter classique, le scooter trois-roues met logiquement l'accent sur la sécurité active et passive. Sa conduite forcément plus coulée et de « type automobile » permet d'attirer une clientèle avide d'options et d'équipements de séries selon le modèle :

  • lecteur multimédia (mp3, mp4, jpeg, etc.) ;
  • GPS avec kit téléphone mains libres bluetooth ;
  • freinage ABS ;
  • antipatinage ASR (acceleration slip regulation) ;
  • blocage du pivot avant, en parking (roll lock) ;
  • housse de protection en stationnement ;
  • pare-brise réglable ;
  • antivol avec alarme.

Avantages et inconvénients du scooter 3 roues

Bien que le scooter à 3 roues rassure le débutant en version 125 cm³, les plus fortes motorisations, de 500 cm³ et plus, s'adressent en premier lieu aux conducteurs très expérimentés. En effet, les trois-roues se comportent de façon assez particulière à haute vitesse, en virage notamment mais aussi au freinage, et demandent à son conducteur un apprentissage progressif.

Cela étant, comparé à un scooter classique à 2 roues, ses points forts reposent sur :

  • les sensations de conduite très sécurisantes en ville et sur chaussée dégradée ;
  • une sécurité réellement accrue en virage et au freinage ;
  • une stabilité étonnante ;
  • un confort de suspension, souvent meilleur à l'arrière ;
  • une aptitude et une utilité confirmées en ville.

Toutefois, on peut lui reprocher :

  • son volume imposant (surtout les plus de 350 cm³) ;
  • son poids, qui pénalise fortement ses performances au démarrage ;
  • les manœuvres qui demandent plus d'efforts au guidon ;
  • une faible vitesse maximale réelle (100 à 120 km/h en 125 cm³) ;
  • une agilité moyenne (125 cm³) à médiocre (plus de 350 cm³) ;
  • un tarif d'assurance souvent supérieur à celui d'un scooter classique ;
  • son prix logiquement (bien) plus élevé.

Prix d'un scooter 3 roues neuf

À partir de 4 000 €

Technique oblige ! Un scooter à trois roues coûte plus cher qu'un scooter classique ou qu'une moto de même puissance.

Une entrée de gamme en 125 cm³ débute à moins de 4 000 €.

Pour du haut de gamme en 300 cm³ et plus, il faut compter jusqu'à 10 000 €.

Bonus écologique pour les deux-roues ou trois-roues électriques

Le scooter électrique est plus cher à l'achat, mais il peut bénéficier d'un bonus écologique.

Ainsi, en 2019, il est possible de bénéficier d'une aide pour l'acquisition d'un scooter électrique qui n'utilise pas de batterie au plomb (sous conditions).

Le montant de cette aide varie en fonction la puissance du véhicule :

  • Pour les motos dont le moteur est doté d'une puissance maximale nette supérieure ou égale à 2 kw (règlement UE 168/2013) ou 3 kw (directive 2002/24/CE) : l'aide est de 250 € par kWh d'énergie de la batterie. Elle est plafonnée au plus faible des 2 montants suivants : 27 % du coût d'acquisition TTC ou 900 €.
  • Pour les motos dont le moteur est doté d'une puissance maximale nette inférieure à 2 kw (règlement UE 168/2013) ou 3 kw (directive 2002/24/CE) : l'aide est de 20 % du coût d'acquisition TTC dans la limite de 100 €.

Prime à la conversion pour les scooters électriques

Une prime à la conversion est accordée si l'achat ou la location d' un scooter neuf s'accompagne du retrait de la circulation d'un ancien véhicule.

Le scooter neuf doit être électrique, sans batterie au plomb, et sa puissance maximale doit être supérieure ou égale à 2 kws en application du règlement (UE) 168/2013 du Parlement européen et du Conseil du 15 janvier 2013 ou à 3 kws en application de la directive 2002/24/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 mars 2002.

Le véhicule mis au rebut doit être une voiture ou camionnette essence mise en circulation avant 1997, ou diesel mise en circulation avant 2001 (pour les foyers imposables) ou 2006 (pour les foyers non imposables).

Le montant de la prime 2019 est de : 

  • 100 € pour un foyer imposable ;
  • 1 100 € pour un foyer non imposable.

La prime à la conversion s'ajoute au bonus écologique pour l'achat d'un scooter neuf, dans la limite de 1 000 € pour un foyer imposable et de 2 000 € pour un foyer non imposable.