Scooter

À jour en Septembre 2017

Écrit par les experts Ooreka

Dans la catégorie des deux-roues, plusieurs alternatives s'offrent à vous, souvent d'ailleurs plus efficaces et rapides que la voiture ou les transports en commun : le scooter classique, le scooter à trois roues ou la mobylette. Selon le type et la cylindrée, le scooter peut tout aussi bien séduire les citadins actifs que les jeunes de plus de 14 ans !

Le scooter : idéal pour les jeunes et les citadins actifs

Par nature, le scooter présente une plus grande facilité de conduite, par rapport à une moto bien sûr, mais aussi à une voiture, pour les raisons suivantes :

  • les freins se situent au niveau des poignées, comme sur un vélo ;
  • la transmission est automatique, le conducteur n'a plus qu'à accélérer ;
  • la position assise est confortable ;
  • les chaussures sont au sec et préservées des marques du sélecteur de vitesse des motos ;
  • la protection aux intempéries est correcte (option tablier), voire très bonne avec un toit ;
  • la maniabilité est excellente, sauf pour les plus fortes cylindrées des maxi-scooters (poids et encombrement élevés) ;
  • son coffre sous selle peut accueillir un casque ou deux ;

À noter : seuls les (rarissimes) scooters à boîte de vitesse manuelle nécessiteront une formation (Vespa PX).

Même si, contrairement aux cyclomoteurs et aux motos, les scooters sont très fréquemment volés ou vandalisés pour leurs pièces et que la vigilance est de mise, pour rouler en ville, le scooter est roi ! Moderne, donc automatique, très agile et suffisamment nerveux, il permet d'éviter le stress des embouteillages et il offre généralement un gain de temps considérable à son conducteur. Il permet également de se garer facilement, ce qui n'est pas négligeable.

Ainsi, il convient parfaitement :

  • aux jeunes sans permis mais détenteurs du BSR (50 cm³ bridés à 45 km/h) ;
  • aux citadins actifs ;
  • aux coursiers.

Pour info : le BSR est le brevet de sécurité routière.

Les différents types de motorisation des scooters

Comme toujours, l'achat d'un scooter implique des coûts supplémentaires principalement liés à son entretien, son carburant et à son assurance (dont 60 € de gravage antivol). Cette dernière peut atteindre des sommets avec certains maxi-scooters très souvent volés (Yamaha T-Max par exemple).

Pour mettre toutes les chances de son côté, il est préférable de sélectionner un modèle récent dont les performances seront optimisées (freinage, tenue de route et nervosité) et les pièces disponibles chez de nombreux revendeurs.

50, 100, 125 cm³ et plus

La cylindrée d'un scooter dépend de l'utilisation souhaitée et surtout de l'âge du conducteur et de son budget. Il existe deux types de moteurs :

  • les 2 temps : puissants, légers, propres si injection directe, simples à entretenir et réparer, polluants et gloutons si carburateur ;
  • les 4 temps : complexes, difficiles à réparer (coûteux), peu performants (surtout si 50 et 125 cm³), économes et endurants (sauf modèles low-cost et compresseurs de suralimentation).

Différentes cylindrées, souvent monocylindres, conditionnent leurs performances :

  • 50 cm³ (souvent 2 temps) ;
  • 100 cm³ (version économique des 125 cm³ 4 temps mais partie cycle légère issue des 50 cm³) ;
  • 125 cm³ (très souvent 4 temps) ;
  • plus de 125 cm³ (4 temps).

Le tableau ci-dessous détaille les différentes cylindrées et leur usage.

Moteurs de scooters et usages : récapitulatif
Moteur Usages Vitesse maximale
50 cm³ En ville sur de courtes distances 45 km/h uniquement
(100) 125 cm³ Utilisation quotidienne urbaine (travail, courtes distances, transport de personnes) 100 à 120 km/h (sauf 100 cm³ : 80 à 90 km/h)
+ de 125 ( scooter de 250 à 800 cm³) Péri-urbain en GT, maxi-scooter sur voies rapides et autoroutes 130 km/h pour les 250 cm³ et 150 à 200 km/h au-delà

Si vous devez utiliser votre scooter tous les jours, optez pour la fiabilité ! N'hésitez pas à consulter les forums et sites web spécialisés, qui vous aideront dans votre choix.

Bon à savoir : il faut penser aux réparations et à l'entretien qui pourraient immobiliser votre deux-roues. Certains concessionnaires proposent des scooters de courtoisie le temps d'une intervention plutôt longue : un avantage important à négocier au moment de l'achat !

Zoom sur le scooter électrique

Pour préserver votre santé (et aussi celle des autres), réaliser des économies de carburant et bénéficier d'un modèle valorisant, vous pouvez aussi choisir un scooter électrique. Avec l'arrivée toute prochaine des prometteuses batteries au graphène, les moteurs thermiques sont enfin condamnés, théoriquement sinon politiquement.

Les scooters électriques comptent aujourd'hui près de 100 modèles et constituent déjà une alternative intéressante. En effet, ils peuvent rester autonomes sur plus de 100 km dans le meilleur des cas. Leur autonomie réelle varie fortement en fonction de :

  • la température extérieure (baisse dès 10°C) ;
  • la façon de conduire, nerveuse ou plus coulée ;
  • l'âge et les cyclages de la batterie ;
  • le poids du conducteur ;
  • le relief du trajet ;
  • la qualité réelle des éléments électriques du scooter.

Quel permis pour quel scooter ?

Selon la motorisation du scooter, un permis peut être obligatoire et le sera toujours au-delà de 125 cm³ ou 15 ch.

Les différents permis scooter en fonction de la motorisation ou de la puissance du deux-roues
Cylindrée du moteur thermique (ou équivalence électrique) Permis
50 cm³
  • Brevet de sécurité routière (BSR)
  • Attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) à passer durant la scolarité (dès 14 ans)
125 cm³

Suite à une nouvelle réforme, 2 cas se présentent actuellement :

  • Permis A1 (dès 16 ans) si la puissance est inférieure à 11 kw ou 15 ch (MTL). Si la puissance est supérieure, permis A2 ou A
  • Permis B depuis le 1er janvier 2001 et de + de 2 ans (ou 20 ans révolus) avec formation de 7 h donnant accès aux motos légères de 125 cm³ et moins de 15 ch ou au tricycles de plus de 125 cm³ et 15 ch (TQM type Le5)
Au-delà de 15 ch ou 125 cm³

Plusieurs cas sont possibles dans le complexe et dissuasif système français

Permis Moto A obtenu avant le 18 janvier 2013 avec 2 paliers :

  • de 18 à 21 ans ou durant les 2 premières années de pratique : puissances de 15 à 48 ch (11 à 35 kw) ou rapport puissance/masse de 0,16 kw/kg (156 kg mini) ;
  • à 21 ans révolus, ou 2 ans de permis A, puissances libres (si Euro 4 et ABS).

Permis A depuis le 19 janvier 2013 :

  • à partir de 24 ans, accès aux motos non bridées ou 106 ch ;
  • après 2 ans de pratique justifiés (attestation d'assurance), accès aux motos libres ou 106 ch si le rétrofit ne s'applique pas.

Permis moto A2 depuis le 19 janvier 2013 :

  • de 18 à 24 ans ou durant les 2 premières années de pratique : puissances de 15 à 48 ch (11 à 35 kw) ou rapport puissance/masse de 0,16 Kw/kg (156 kg mini) ;
  • après 2 ans de pratique et une formation de 7 h sans examen, accès aux motos à puissances libres.

Quel équipement pour rouler en scooter ?

Comme tous les deux-roues, le conducteur d'un scooter, notamment maxi-scooter ou GT de forte cylindrée, doit nécessairement porter un équipement adapté pour être le mieux protégé en cas de chute :

  • un casque homologué obligatoire, de type intégral ou modulable pour une protection optimale ;
  • une paire de gants épais et munis de renforts ;
  • un blouson blindé avec des mousses homologuées CE ;
  • un gilet jaune de secours en cas de panne (idem en moto).

À noter : le port de gants certifiés CE est obligatoire à compter du 20 novembre 2016 pour conducteur et passager. Le non-respect de cette obligation est passible d'une amende de 68 € et d'un retrait de 1 point sur le permis de conduire.

Attention : trop insouciants et attachés à leur look, beaucoup de scootéristes souvent néophytes du 2 roues sont sous-protégés en cas d'accidents.

Les deux types de roues de scooters

Les scooters disposent de grandes ou de petites roues. Ce choix dépend du niveau de maniabilité et de stabilité désiré.

Différentes fonctionnalités des roues d'un scooter : avantages et inconvénients
Roues Avantages Inconvénients
Petites
  • Dimension historique et traditionnelle
  • Meilleure maniabilité en ville
  • Pneus sportifs très adhérents
  • Masse réduite
  • Risque de chutes plus important
  • Freinage puissant plus délicat (sauf ABS)
  • Usure plus rapide
  • Confort et autonomie inférieurs
Grandes
  • Plus stable
  • Plus confortable
  • Meilleur freinage sans ABS
  • Moins maniable
  • Moins esthétique

Scooters, les accessoires indispensables

Certains scooters modernes et de haute gamme offrent des équipements dernier cri pour améliorer le confort d'utilisation et la polyvalence de l'engin. Très souvent en option, il peut s'agir de :

  • GPS avec fonction téléphone et lecteur multimédia en mains libres (intégré au casque) ;
  • prise de recharge téléphone (USB) ;
  • support pour smartphone ;
  • poignées chauffantes, pare-jambes et pare-brise haut ;
  • contrôle de la pression des pneus ;
  • casque assorti au modèle ;
  • vêtements de protection dédiés au scooter ou à sa marque ;
  • bagagerie ;
  • antivols agréés SRA (sécurité et réparation automobiles).

Possibilités de rangements dans un scooter

Idéalement, un scooter doit pouvoir loger deux casques, un antivol et un sac. Bien sûr, les maxi-scooters, grâce à leur imposant gabarit, possèdent un grand coffre sous la selle, mais les autres modèles, plus compacts ou trop design, doivent souvent se contenter de loger un casque jet ou un antivol.

En général, un scooter accueille :

  • un rangement sous la selle basculante verrouillée à clé (capable au minimum de ranger un casque jet) ;
  • un coffre en option à l'arrière, appelé top case (comme sur une moto) ;
  • un ou des boîtes à gants intégrées au tablier avant, souvent petites mais pratiques.

Avantages et inconvénients du scooter

Depuis de nombreuses années, la pratique du deux-roues en France décline en nombre de conducteurs et en kilométrage. Logiquement, les accidents et les victimes baissent aussi. Malheureusement, c'est toujours entre 16 et 18 ans que les accidents mortels sont les plus nombreux, et tout particulièrement en ville car en lien avec des voitures. Plus étonnant, l'absence du port du casque, pourtant obligatoire, concerne 1 accident mortel sur 6 !

Bien évidemment, sauf pour le BMW C1, un scooter ne dispose pas des mêmes protections que celles d'une voiture. Il se conduit avec une prudence accrue, lors des dépassements de voiture notamment dans les embouteillages ou sur sol mouillé. La faible vitesse des 50 cm³ bridés par la loi peut aussi se révéler parfois inadaptée à celle du flot de voitures alors obligées de doubler en permanence, avec tous les risques que cela implique.

En bref, l'inconvénient majeur des scooters reste commun à celui des deux-roues en général, à savoir son manque de sécurité passive. Le secret d'une conduite sereine est donc d'anticiper les nombreux dangers de la route à commencer par les autres usagers !

Heureusement, un scooter compense ses dangers par des avantages certains :

  • la mobilité, l'autonomie et la première vraie liberté des jeunes dès 14 ans ;
  • une prise en main très facile avec un plaisir immédiat (50 et 125 cm³);
  • une conduite aisée accessible à toutes et tous (50 et 100 cm³) ;
  • une grande maniabilité et efficacité en ville (embouteillages, stationnement)

Attention : les scooters GT 250, 300, 400, 530 et 850 cm³ sont des engins lourds, massifs qui nécessitent un bon niveau de pilotage, malgré des performances modestes comparées aux motos de mêmes cylindrées.

Prix du scooter neuf ou d'occasion : de 300 à 12 000 €

Le prix d'un scooter varie beaucoup en fonction de son modèle, son type (50 cm³, urbain, GT ou maxiscooter), de son âge (occasion ou conception) et de sa motorisation (puissance).

Comme en moto, il faut ensuite ajouter le coût des accessoires (antivol, casque homologué obligatoire, vêtements protecteurs, gants, etc.), de l'entretien, du carburant, de l'immatriculation et de l'assurance.

Bon à savoir : pour des raisons techniques et marketing, un scooter vieilli toujours plus vite qu'une moto, surtout les modèles low cost. Attention donc aux occasions de marques exotiques sans réel service après-vente !

Achat d'un scooter : les différents tarifs selon modèle, gamme et cylindrée
Type de scooter Entrée de gamme (mono 50 cm³) Maxi-scooters (twin 850 cm³)
Scooter occasion (- 50% après 2 ans) 300 € 5 000 €
Scooter neuf Scooter 50 cm³ 900 € 3 000 €
Scooter 125 cm³ 3 000 € 6 000 €
Maxi-scooter 3 000 € 11 000 €

Le scooter électrique, quant à lui, est plus cher à l'achat : comptez 1 500 € à 4 500 € pour un équivalent 50 cm³.

Cependant, il peut bénéficier d'un bonus écologique. Ainsi, en 2017, une aide est instaurée pour l'acquisition d'un scooter électrique qui n'utilise pas de batterie au plomb :

  • pour les scooters dont le moteur est doté d'une puissance maximale nette supérieure ou égale à 3 kW : 250 € par kWh d'énergie de la batterie, et plafonné au plus faible des deux montants suivants : 27 % du coût d'acquisition TTC, ou 1000 € ;
  • pour les scooters dont le moteur est doté d'une puissance maximale nette inférieure à 3 kW : 20 % du coût d'acquisition TTC, sans être supérieur à 200 €.

 


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
PH
pierre h.

bailleur de logement, ancien élu, agriculteur

Expert

frédéric lassureur

ancien formateur et assureur - diplômé de l'enass

Expert

ya
yves auda

électricien, mécanicien , diesel ,hydraulique ,el

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !