Moto trial

Écrit par les experts Ooreka

Le trial est un sport d'équilibre lent de franchissement d'obstacles qui se pratique le plus souvent en moto, voire en vélo, et parfois même en camion ou en voiture.

La grande famille des motos tout-terrain se compose de plusieurs catégories distinctes, dont voici les quatre principales :

Le trial (qui signifie « essai » en anglais) est une discipline qui consiste à essayer de franchir des obstacles en un temps limité et sans poser le pied à terre ni chuter. Situés dans des zones chronométrées, ce sont généralement des marches, des bosses, des rochers ou autres talus, d'origine naturelle, en circuit extérieur ou artificielle, en extérieur ou en intérieur (indoor) en hiver.

Caractéristiques d'une moto de trial

Très reconnaissable à sa silhouette basse et très fine, une moto de trial est une machine plutôt rare sur le marché des 2 roues. Bientôt centenaire, elle a fortement évolué depuis ses débuts en Angleterre et répond aujourd'hui à des exigences précises comme la légèreté, la motricité et la stabilité.

Elle se reconnaît au premier coup d'œil, car le pilote se tient presque toujours debout sur les cale-pieds pour pratiquer cette discipline. Elle n'a plus qu'une selle minimaliste qui permet les liaisons interzones en compétition ou de rejoindre le lieu d'entraînement par la route (dans le cas d'une machine homologuée) plutôt que sur une remorque ou dans un fourgon (comme avec les cross).

En résumé, par conception, elle doit avant tout permettre d'effectuer :

  • des franchissements inouïs avec des appuis dynamiques ;
  • des sauts en roulage ou à l'arrêt ;
  • des allures très lentes jusqu'à l'arrêt (si possible sans poser le pied) ;
  • des parcours accidentés et non bitumés, en assurant un grip des pneumatiques exceptionnel.

Bon à savoir : un point fondamental et historique du règlement ! Le pilote reçoit un ou plusieurs points de pénalité s'il doit poser 1 ou 2 pieds au sol dans la zone chronométrée. La moto doit donc être stable et le pilote sûr de son équilibre.

Stabilité et la maniabilité combinées

Le principe de base de cette discipline ne repose pas sur la vitesse, mais le franchissement d'obstacles en un temps limité. Par conséquent, le couple du moteur et la motricité optimale de la roue arrière motrice ainsi qu'un freinage précis seront essentiels. La puissance maximale du moteur importe donc peu, sauf à bas et très bas régimes.

Il est important que la moto de trial, en partie comme le vélo, présente :

  • une très grande légèreté (70 kg en moyenne), donc pas d'équipement superflu ;
  • une grande résistance de la partie cycle ;
  • un moteur ultra souple et musclé ;
  • des suspensions douces favorisant la motricité ;
  • des pneumatiques à crampons spéciaux ;
  • une maniabilité exceptionnelle, mais aussi une stabilité optimale !

Attention : en loisir comme en compétition, il faut un permis moto pour piloter une moto de trial homologuée.

Le trial : une moto très agile !

Même si la fiche technique d'une moto de trial ressemble sur certains aspects à ceux de la moto de trail, un certain nombre de différences sont apparues au fil du temps, pour parvenir à une agilité plutôt étonnante, en fonction du talent du pilote naturellement. En voici les principales caractéristiques techniques actuelles :

  • un poids en ordre de marche vraiment minimal de 70 kg ou moins ;
  • un moteur monocylindre 2 voire 4 temps, mais toujours hyper compact ;
  • une alimentation en injection pour quelques 2 temps et tous les 4 temps ;
  • une machine basse et très menue ;
  • une boîte de vitesse à 5 ou 6 rapports ;
  • des garde-boues minimalistes et ultra-légers ;
  • un guidon droit assez large ;
  • l'absence de véritable selle (gain de poids) ;
  • des jantes en aluminium rayonnées ;
  • des pneus à crampons gonflés à seulement 0,3 à 0,5 bars pour une adhérence maximale ;
  • des suspensions assouplies avec un débattement compris entre 150 et 200 mm ;
  • les équipements standard exigés dans le code de la route (si la moto est homologuée).

Moteur des motos trial : une valse à 2 temps

Aujourd'hui, la plupart des motos trial sont fabriquées en Europe, principalement en Espagne, puis en France, en Italie et au Japon. Le moteur d'une trial offre le choix de 2 types de monocylindres :

  • historique et toujours majoritaire, le deux temps ;
  • outsider et marketing, le quatre temps.

Puisque le couple et la force de traction sont directement liés à la cylindrée du moteur et à son cycle, le 2 temps faisant 60 % mieux, la cylindrée d'une moto trial varie selon le niveau du pilote et son âge :

  • 50 ou 80 cm³ pour débutants et enfants ;
  • 125 cm³ pour loisirs et adolescents ;
  • 250 cm³ pour les niveaux intermédiaire et perfectionnement ;
  • 280 ou 300 cm³ 2 temps ou 400 cm³ 4 temps  pour l'utilisateur expérimenté et l'expert.

À note: comme tous les sports mécaniques, le trial se pratique avec certains accessoires de protection comme le casque, de type jet à visière homologué, des bottes blindées, une veste renforcée mais légère, des gants et souvent un gilet avec dorsale.

Avantages et inconvénients des motos trial

Bien souvent, la moto de trial dispose, hors modèles spécifiques à la compétition (Factory par exemple), d'équipements homologués pour rouler sur la voie publique. Cela dit, avec un réservoir de 3 litres d'essence, une selle presque invisible et une puissance très limitée, donc une vitesse faible, la route n'est clairement pas sa vocation !

C'est pourquoi la moto trial roule rarement sur route, ou uniquement pour se rendre sur des zones de trial. Elle est devenue aujourd'hui trop optimisée pour cette discipline, à base d'équilibre en vitesse lente, pour être polyvalente sur les routes classiques.

La moto trial présente en résumé plusieurs avantages très spécifiques :

  • elle est très compacte ;
  • elle est ultra-légère ;
  • elle est très facile à piloter sur route ;
  • elle est nerveuse ;
  • elle est fiable ;
  • elle est extrêmement maniable.

Mais elle présente aussi certains inconvénients majeurs, à savoir :

  • l'utilisation quasi-exclusive sur circuit des modèles récents ;
  • une puissance très limitée ;
  • une vitesse de pointe modeste (70 à 80 km/h) ;
  • l'inconfort notoire de l'absence de vraie selle ;
  • un duo impossible ;
  • une autonomie dérisoire sur route (60 km en moyenne) ;
  • un bruit et un tarif plus élevés en 4 temps ;
  • une garantie limitée (6 mois à 1 an).

La moto trial neuve : à partir de  4 500 €

Parmi une dizaine de marques actuelles, l'achat d'une moto trial reste encore abordable malgré une production en petite série :

  • En 125 cm³ 2 temps, la fourchette se situe entre 4 500 € et 6 500 .
  • En 250 cm³ 2 temps, peu d'augmentation de tarif avec une moyenne de 6 000 .
  • En 300 cm³ 2 temps et autres 4 temps de plus forte cylindrée, les tarifs s'élèvent entre 6 500 et 8 000 .

À​ noter : le prix d'une moto de trial enfant 50 cm³ 2 temps (ou électrique) varie entre 1 300 et 3 000 .


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !