Sommaire

Pour ne pas ressentir trop vite les affres de l’hiver quand vous roulez sur un deux-roues motorisé, il convient de bien s’équiper.

Quand vous devez prendre la route, ne vous habillez jamais trop tôt à l’intérieur. C’est le moyen idéal pour être en sueur et ressentir encore plus vite le froid. De même, la superposition des couches qui sont détaillées ci-dessous ne doit pas entraîner un engoncement qui gênerait la conduite. Une fois toutes ces couches superposées, veillez également à ajuster correctement vos vêtements (manche, col, bottes) pour ne pas laisser de prise d’air.

Voici comment bien s’équiper pour les trajets en moto l’hiver.

Sous-vêtements et seconde couche

La première couche est primordiale pour garder au chaud le corps. Elle agit comme un écran protecteur. Il est donc nécessaire de la choisir avec soin. Si certaines marques de motos proposent des sous-vêtements thermiques (caleçon long et juste au corps), il est également possible de se tourner vers les gammes des spécialistes de la montagne et des sports extrêmes, l’avantage de ces derniers étant dans leur capacité à évacuer la transpiration.

Par dessus les sous-vêtements, pull, sweat en coton et autres sont bien évidemment à privilégier. Mais l’idéal reste incontestablement les vêtements en laine polaire. Certains vêtements sont également produits avec du polyester emprisonnant des feuilles d’aluminium, ou avec du polyuréthane étanche.

Couche extérieure pour les trajets en moto l'hiver

Vous pouvez opter pour une combinaison une pièce « spécial hiver » une ou deux pièces (veste + pantalon). Elles sont étanches, la plupart du temps en cordura ou en goretex et sont pourvues d’une doublure (amovible) avec des inserts spécifiques en aluminium ou en polyuréthane. Le problème étant que leur utilisation reste limitée à l’hiver et le prix est élevé.

Plusieurs fabricants, conscients de la difficulté pour les motards d’acheter plusieurs équipements pour s’adapter à toutes les saisons, ont développé des vestes dites 3 en 1. Ces modèles, le plus souvent en textile, disposent bien évidemment des protections homologuées, mais aussi d’une première doublure thermique amovible et d’une seconde doublure étanche, elle aussi amovible. Des aérations avec zips étanches complètent la panoplie (pour l’été).

Si vous achetez un seul blouson (cuir ou textile) et que le concept 3 en 1 ne vous convient pas, privilégiez les blousons étanches et pourvus d’une doublure thermique amovible avec manches. Vous pouvez rajouter dans ce cas une couche supplémentaire avec une combinaison de pluie qui assure l’étanchéité fasse aux éléments (pluie et vent).

Équipement pour l'hiver en moto : pour les pieds et les mains

Pieds et mains sont les plus sensibles et donc les plus difficiles à protéger.

Pour les mains

  • Pour les mains, la solution la plus efficace reste les poignées chauffantes et/ou les manchons à installer sur la moto. On trouve des manchons entre 30 et 50 € et des poignées chauffantes entre 30 et 100 €.
  • Certaines marques proposent maintenant des gants chauffants à brancher sur une centrale alimentée par la batterie de votre moto. Comptez environ 100 €.
  • Un tablier peut également protéger les cuisses et le bas des jambes. Prévoir entre 50 et 100 € le tablier.
  • Le problème des gants reste que plus ils sont épais, plus vous perdez en maniabilité, plus vos gants sont fins, plus vous avez froid. Si vos gants ne sont pas particulièrement épais, mais suffisamment grands, vous pouvez opter pour des sous-gants en soie (à partir de 10 €).
  • Il existe aussi des gants de type « lobster » (pince de crabe) étanches. Ces derniers sont plus efficaces (les doigts se réchauffent entre eux deux par deux), mais ils nécessitent une adaptation.

Gants moto

Article

Lire l'article Ooreka

Pour les pieds

  • Pour les pieds, les bottes reprennent en partie les technologies des blousons pour être étanches et chaudes. Le cuir et les renforts en goretex restent l’idéal. Comptez entre 100 et 200 € la paire de bottes.
  • Des semelles chauffantes connectées via un smartphone arrivent aussi sur le marché. Entre 15 et 50 €.
  • Pour parfaire l'équipement de vos pieds, vous pouvez vous équiper de chaussettes hautes et spécifiques pour l’hiver ou de surbottes étanches (à partir de 20 €). Dans ce dernier, la préhension des commandes est sérieusement détériorée.

Pour le cou

  • Pour le cou, optez pour un système de tour de cou ou un plastron de type « polaire » ou Windstopper. Ce dernier a la particularité d’être plus fin, souple et étanche au vent.
  • Une cagoule en soie peut également retarder l’effet du froid, mais sur la durée avec la condensation de la respiration, l’effet inverse est constaté (à partir de 10 €).

Très prisées des randonneurs et des chasseurs, les chaufferettes assurent un effet bouillotte non négligeable :

  • La durée de vie de chaufferettes classiques est de 4 à 6 h pour les pieds et 6 à 9 h pour les mains.
  • À partir de 3 € pour les modèles classiques, et environ 15 € pour les modèles rechargeables.

Envie d'approfondir le sujet ?